Depuis plusieurs semaines et dans la lignée d’une campagne électorale particulièrement interpellante de la part du Mouvement Réformateur à Verviers, Alfred Breuwer multiplie dans la presse les interventions provocatrices à l’égard des personnes étrangères et des associations de terrain comme Lire & Ecrire qui travaillent avec ce public. Le MOC s’inquiète du climat actuel et juge inacceptable la volonté du nouveau président du CPAS de Verviers de vouloir conditionner l’octroi de l’aide sociale à l’apprentissage du français par les primos arrivants.

Dans ce contexte déplorable, le MOC de Verviers entend rappeler les éléments fondamentaux suivants :

1. La proposition d’Alfred Breuwer est inaceptable, car elle stigmatise des citoyens parmi les plus fragilisés de la population en les faisant passer pour des fraudeurs. Cette politique n’aurait du reste pour résultat que d’ajouter de la pauvreté à la pauvreté, de la misère à la misère et serait en pleine contradiction avec la charte des droits fondamentaux de l’Union europénne qui consacre le droit à la dignité humaine.

2. Cette mesure serait aussi contre-productive pour les finances communales. La suppression du revenu d’intégration qui est financé en grande partie par l’État fédéral devrait être compensée dans ce cas par une aide sociale qui serait elle à charge totalement de la Ville. Ce qui montre le caractère purement polémique des propos d’Alfred Breuwer.

3. L’apprentissage du français reste un droit et est un élément important – mais pas le seul – dans l’intégration des personnes étrangères dans notre société. Or, tous les acteurs concernés savent que le secteur manque cruellement de moyens et est dans l’incapacité de répondre efficacement à la demande. Une attitude intelligente de la Ville serait de soutenir les associations qui s’occupent de cette problématique plutôt que de vouloir les mettre en difficulté.

4. La volonté d’Alfred Breuwer de couper les subsides aux associations qui ne collaborent pas à ses injonctions est en totale contradiction avec les principes et l’esprit de la charte associative qui garantit la liberté et l’indépendance du monde associatif.

Vouloir expliquer un problème complexe, celui des migrations internationales, de l’enjeu de l’interculturalité, du « Vivre ensemble » à l’aide de caricatures et de formules provocatrices du genre « A Verviers, ce n’est pas le peace and love » est la définition même du populisme.

Dans un contexte de crise économique, la plus grave depuis les années 30, faire croire que l’on sortira de la crise en stigmatisant les étrangers, comme d’ailleurs les chômeurs, en les faisant passer pour des fraudeurs est intolérable et dangereux pour la démocratie. Ce n’est pas en opposant les citoyens entre eux que l’on construira un avenir pour notre Ville.

Philippe Taquet
Secrétaire fédéral

philippe.taquet@moc.espace28.be

Le Mouvement Ouvrier Chrétien rassemble la CSC, la Mutualité Chrétienne, Vie Féminine, la Jeunesse Ouvrière Chrétienne, les Equipes Populaires