La tarification progressive et solidaire de l’électricité représente une des mesures phares de la déclaration de politique régionale wallonne. Ce projet était à nouveau à l’ordre du jour du Gouvernement wallon du jeudi 9 janvier et n’a toujours pas été adopté.

Cette réforme constituerait une avancée importante vers des tarifs électriques plus justes au niveau social et environnemental. D’une part, cette mesure réduira la facture d’électricité des personnes à faibles revenus et permettra ainsi de lutter contre la précarité énergétique ; d’autre part, elle incitera les autres catégories de ménages à diminuer leur consommation. Cette mesure est donc nécessaire pour en finir avec l’aberration qui veut qu’en Wallonie plus on consomme et moins on paie cher son électricité quels que soient ses revenus et ses besoins.

La tarification progressive de l’électricité constitue dès lors une mesure distributive qui introduit la justice sociale dans la tarification car plus un ménage dispose de revenus, plus il consomme de l’électricité comme l’ont en effet relevé les études réalisées par la CWaPE et la CREG.

Il est donc essentiel de renverser la logique actuelle de dégressivité des tarifs de l’électricité tant d’un point de vue environnemental à l’heure où nous devons tous agir pour orienter notre société vers la sobriété et l’efficacité énergétique, que dans un souci de justice sociale.

Parce que nous pensons que les principes de solidarité ne doivent pas s’arrêter au pas de la porte des citoyens et qu’il est essentiel qu’ils s’appliquent également à un domaine aussi stratégique que la consommation d’électricité, le MOC et la CSC demande au Gouvernement wallon de ne pas se laisser distraire par des manœuvres préélectorales et d’adopter au plus vite une mesure qui profitera à 65% des consommateurs wallons.

 

Marc BECKER,  Secrétaire National de la CSC

Christian KUNSCH,  Président du MOC