cSans titreLa deuxième rencontre partenariale du projet Grundtvig Rural Heritage s’est déroulé en Allemagne, à Cham plus précisément, dans la région bavaroise. Lors de cette rencontre, nous avons travaillé sur les sur les outils de communication qui seront liés aux projets et sur la formalisation des fiches qui seront utilisées pour identifier les bonnes pratiques de valorisation du Patrimoine. La question des états des lieux patrimoniaux ont aussi été abordés. L’état des lieux du patrimoine verviétois sera réalisé par le CIEP; un travail important dans le cadre de ce projet qui sera présenté lors de la prochaine rencontre prévue en Ecosse.

Du point de vue du patrimoine rural, les attraits de la forêt bavaroise sont exploités par la promotion de ballades, de randonnées pédestres et de parcours de VTT. La région s’est également spécialisées dans le domaine du Wellness, toute une partie de l’Allemagne semble en effet se déplacer en Bavière pour diverses cures, hydrothérapie, traitements « Kneipp », etc… 

Ateliers pratiques

La seconde journée fut consacrée à la découverte du travail accompli par la « Tourismusakademie de l’Ostbayern ». Comme le nom l’indique, c’est essentiellement le travail de développement du tourisme qui nous a été présenté. Cet aspect nous a un peu surpris : l’essentiel des visites a donc porté sur le tourisme en tant que tel et non sur le patrimoine proprement dit. Le tourisme bavarois s’appuie toutefois en grande partie sur la valorisation du patrimoine rural et immatériel de la région.

D’un point de vue gastronomique, la cuisine bavaroise fut mise en avant par l’organisation d’ateliers pratique de découvertes de recettes propre à la région. Les spécialités locales sont essentiellement des déclinaisons de recettes à base de pomme de terre. Le Bärwurz, alcool à base d’une racine indigène, fait également partie des produits qui font la fierté des bavarois.

« On ne peut pas développer du tourisme en voulant copier ce qui se déroule partout ailleurs dans le monde. Il faut se focaliser sur son identité propre et en tirer parti »

La région a su donc capitaliser ses spécificités pour affirmer son attractivité. Comme l’évoquait le gouverneur de la Région que nous avons eu l’occasion de rencontrer « On ne peut pas développer du tourisme en voulant copier ce qui se déroule partout ailleurs dans le monde. Il faut se focaliser sur son identité propre et en tirer parti ». L’offre touristique bavaroise semble coller à cet axiome. On constate que l’objectif n’est pas de plaire à tous mais de maximiser simplement les forces de la région axées sur une identité culturelle très précisément définie. Cela répond visiblement parfaitement au besoin d’authenticité des touristes allemand. Chiffres à l’appui, force est de reconnaitre que le tourisme est un secteur florissant dans la région. Fait remarquable : c’est un public essentiellement allemand qui fréquente les infrastructures touristique de Cham et des environs. Il est vrai que d’un point de vue belge, l’offre touristique et gastronomique bavaroise ne justifient pas nécessairement le déplacement. Si l’on excepte quelques sommets plus élevés, le paysage s’apparent souvent à nos Ardennes.

A suivre…