EDITO #4 Septembre 2014

Début septembre, la première assemblée générale de la Charte associative verviétoise s’est réunie pour élire les quatre représentants des associations au Comité de la Charte. Le MOC qui avait proposé sa candidature a été élu à l’unanimité.  

Pour rappel, la Charte associative vise à mieux réguler les rapports parfois difficiles entre le secteur public et l’associatif. Avec ce document – qui a nécessité un long travail préparatoire – est reconnu le rôle fondamental exercé par le secteur associatif au service de la société et de l’intérêt général que ce soit en matière de cohésion sociale, de promotion de la démocratie, de renforcement de la solidarité, d’innovation sociale… Sans oublier son rôle socio-économique important qui est créateur d’emplois.

Pour le MOC qui défend l’idée d’une telle charte depuis le milieu des années 90’, la participation à un tel projet est une évidence; elle fait partie de son ADN politique. Entre le « tout à l’Etat » et le « tout au marché » – qui est le risque majeur aujourd’hui notamment dans le cadre de la Vième réforme de l’Etat -, nous défendons un mode d’organisation de l’Etat qui est intermédiaire et laisse une large place à la société civile organisée et au secteur non marchand. En d’autres termes, la Charte associative n’est pas que symbolique, mais traduit un véritable projet de société.

Un premier aboutissement
A Verviers, si l’adoption de la Charte associative est une bonne chose, le travail ne fait pourtant que commencer. Il faut maintenant faire vivre la charte associative dans les faits. Son adoption ne doit pas faire oublier les tensions qui ont eu lieu en début de mandature communale entre plusieurs associations et certaines autorités de la Ville. C’est d’ailleurs ce qui a été rappelé lors de cette première assemblée générale. Et d’espérer que la mise sur pied du comité de suivi dans lequel siègeront représentants associatifs et politiques permette une meilleure communication et compréhension entre les parties dans le respect de la liberté d’action et d’expression reconnues aux associations.

Le MOC veut rappeler également le travail important qu’il reste à faire pour appliquer les principes de la charte aux autres niveaux de pouvoir. Si la charte même a été adoptée par les exécutifs régionaux et communautaires en 2009, l’Olivier a échoué à la mettre concrètement en oeuvre. Les déclarations wallonne et de la Fédération affirment leur intention de finaliser la “charte associative”, nous suivrons avec beaucoup d’attention l’évolution ce dossier.

Enfin, le MOC ne peut que marquer son inquiétude face aux contraintes budgétaires annoncées qui devraient faire porter l’effort principalement sur les dépenses publiques. Une austérité budgétaire à tous les étages qui freine la relance et risque de mettre en grande difficulté de nombreuses asbl. Faire vivre la charte associative, c’est aussi donner les moyens aux associations de fonctionner…

Philippe TAQUET – Secrétaire fédéral
Denis GOBERT – Président

* Retrouvez ici la Charte associative verviétoise